Sophie Houdart

Que faire de ce qui s’affecte ? Petites réflexions depuis Fukushima en période de confinement

Découvrez l'épisode de Sophie Houdart :

Ce mois-ci on vous présente le podcast “Que faire de ce qui s’affecte ? Petites réflexions depuis Fukushima en période de confinement” présenté par Sophie Houdart.

Sophie est anthropologue au CNRS. Membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, elle a réalisé plusieurs enquêtes portant sur les modes de construction et pratiques locales de la modernité au Japon ainsi que sur le thème de la création et de l’innovation (entre autres La cour des miracles. Ethnologie d’un laboratoire japonais 2008, Kuma Kengo. Une monographie décalée 2009, L’universel à vue d’œil 2012  en ligne).

Kuma Kengo, Une monographie décalée 2009

Elle a ensuite collaboré avec un photographe et un artiste plasticien dans le cadre d’une d’enquête, conçue à l’initiative du Centre de culture scientifique, technique et industrielle F93, qui portait sur le grand collisionneur de particules du CERN (Les Incommensurables 2015).

Livre les Incommensurables 2015

Depuis l’automne 2012, elle a entamé une nouvelle recherche sur la vie après la catastrophe de Fukushima et a contribué, sur cette question, à la constitution d’un collectif hybride, Call It Anything, chapeauté par F93, regroupant plusieurs chercheurs en sciences sociales et des artistes et vidéastes autour d’expérimentations croisées portant sur les thèmes du trouble, du territoire abîmé, de la radioactivité, de la recomposition des existants à découvrir ici.

Dans ce podcast, Sophie Houdart nous propose une lecture croisée de son expérience d’enquête à Fukushima avec le contexte pandémique actuel. Il s’agit d’un essai écrit pendant le confinement à la demande des éditions du Seuil qui programme une série de recueils sur « l’après ».

Rizière expérimentale à Towâ, à une cinquantaine de kilomètres de la centrale de Fukushima-Daiichi dans les terres

Towâ toujours, monsieur Sugeno devant sa rizière, compteur Geiger à la main

La digue ancienne et la digue nouvelle à Tarô, au nord de Sendai

Digues en construction le long de la route en descendant vers Kamaishi

A Kesannuma, sont aménagées, dans la digue, des ouvertures permettant de voir la mer par temps calme

Découvrez la vidéo de Sophie :

No items found.
Télécharger la présentation pdf
Soutenez Kôdô pour mettre en lumière la recherche et faire parler les chercheur-ses contribuez sur Tipeee. En participant à l'émancipation et l'indépendance de Kôdô vous intégrez une communauté avide de partager les savoirs pour reprendre connaissance!
Faire un don

Sur la même thématique...